Passer au contenu

Ma laideur n’influence personne

Roman

Avec Ma laideur n’influence personne, Ariane Michaud lance, avec humour et acuité, des réflexions sur le corps des femmes, l’adolescence, la beauté et l’influence des médias sociaux. Chaque texte de cette autofiction anatomique étant consacré à une partie du corps, on peut toutes et tous s’y retrouver, en admirant le courage de l’autrice et en éprouvant une immense tendresse pour la jeune fille qu’elle a été et, du même souffle, pour les ados que nous avons été, nous aussi.

Je ne saurais vous décrire avec justesse l’absence totale de muscles dans mes bras. Je pense qu’on peut parler de « filament » musculaire pour expliquer le mince tissu qui permet la flexion de mon avant-bras. Si je donnais mon corps à la science et qu’on me disséquait, le docteur Frankenstein se demanderait probablement comment un être humain peut vaquer à des occupations simples sans pouvoir compter sur une force minimale aux membres supérieurs. Je ne serais pas surprise qu’on y retrouve aussi un réseau complexe de muscles dans des endroits inusités, tant mon corps doit compenser pour cette lacune par des contractions non ergonomiques. Il suffit de me voir pousser une porte en donnant un coup de hanche ou déposer une boîte lourde sur mon ventre pour comprendre que je vais finir ma vie en chaise roulante.

2024 | 80 pages | ISBN: 978-2-89502-480-4
15,95 $
2024 | pages | ISBN: 978-2-89502-591-7
11,99 $
2024 | pages | ISBN: 978-2-89502-590-0
11,99 $

On en parle

Cette « autofiction anatomique » en 80 pages bien tassées, tout en intelligence et en humour, est un foisonnement de lucidité avec un sens de l’autodérision bien assumé, où chaque chapitre s’attarde à une partie du corps à apprivoiser.

- Les Libraires

C’est avec une touche d’humour que l’auteure s’attaque à certaines parties du corps de la femme. Ma laideur n’influence personne est une autofiction dans laquelle plusieurs femmes reconnaîtront leur propre histoire d’adolescence. On salue la justesse et le courage de l’auteure.

- Kelly-Ann Neeley (Coup de pouce)