Passer au contenu

La sphinge

Nouvelles | En librairie le 4 octobre 2022

Si Guy Ménard, universitaire à la retraite, est un auteur d’une érudition et d’une finesse remarquables, il s’impose également comme un conteur délicieux. Les nouvelles qui composent ce recueil n’épargnent personne, à commencer justement par les profs d’université, les écrivains, les hommes d’Église, les personnes en situation d’autorité morale en fait. Mais l’humour de l’auteur n’est pas dénué d’une certaine tendresse, et ces personnages qu’il observe et qu’il fait parler ne sont jamais complètement méchants, jamais trop bêtes pour être intéressants. Qu’il s’agisse de Dieu qui crée le monde et craint finalement de s’ennuyer, d’une religieuse vieille et sale que l’on dit sainte ou d’une chatte sphinx convaincue que le monde est à ses pieds, Guy Ménard crée des univers riches et foisonnants, convaincants, qui se répondent les uns aux autres pour notre plus grand bonheur.

Tout compte fait, finis-je par me dire, il n’est peut-être pas si mal que l’or soit de temps en temps vendu au poids, refondu, liquéfié, liquidé ; qu’une fois purifié des invisibles scories de ses anciennes horreurs, ou juste des fantômes du passé de quelqu’un qui n’est plus là, il puisse transiter vers d’autres mains — fût-ce sous la forme d’un modeste chèque de bijoutier ; et que, de cette manière, il redevienne disponible à la virtualité de nouvelles formes, à l’audace d’autres rêves, au désir de voyages inédits, à l’engrangement de souvenirs encore à venir.

2022 | pages | ISBN: 978-2-89502-466-8