actualités informations catalogue
 


TITRES

AUTEURS

NOUVELLES

ROMANS ET RÉCITS

ESSAIS

BEAUX LIVRES

COLLECTIFS

DICTIONNAIRES ET OUVRAGES PRATIQUES

POCHES

CONNAÎTRE

L'INSTANT SCÈNE

L'INSTANT CINÉ

TRADUCTIONS

ANTHOLOGIES

THÉÂTRE

LIVRES NUMÉRIQUES

TWITTÉRATURE

TRAJECTOIRE

COLLECTION EXPLORATOIRE


Prix littéraire de la Ville de Québec et du Salon international du livre de Québec, finaliste 2009
Le jugement

Hans-Jürgen Greif

Roman.
246 pages ; 25 $
ISBN 978-2-89502-265-5

Aussi disponible en PDF et ePub

Feuilleter cet ouvrage

Le peintre avait eu beaucoup de mal à ravaler son indignation. Ce que Brunner voulait, c'était, au fond, un Tüchle, un carré de chiffon montrant trois belles femmes nues. Ce Tüchle, il pouvait l'arracher et le cacher dans un coffre dès qu'une personne de quelque importance lui rendait visite. Chez lui, le soir, après son travail ou ses séances au Petit Conseil, avec sa femme et ses fils, il allait commenter ce bout de tissu pendant un temps, puis l'oublier. Ça ne vaudrait même pas la peine de le signer.

Actif à Berne au début du XVIe siècle, alors que s'esquisse la Réforme qui va bientôt bouleverser l'Europe, le peintre Niklaus Manuel Deutsch a connu les champs de bataille, à titre de mercenaire. Il en a rapporté une vision nouvelle du corps humain, sans compter l'aura de mystère qui attire sur ce fils d'immigrant italien une attention proportionnelle à la méfiance dont la belle société bernoise l'avait d'abord entouré. Sa beauté et sa force séduisent la fille d'un notable. Sa carrière est lancée, même s'il arrive que ses clients le traitent comme un artisan.
Hans-Jürgen Greif tire de la toile Le jugement de Pâris un récit dans lequel se retrouvent associées aux figures mythologiques de Junon, Minerve et Vénus, l'épouse inquiète de Deutsch, son exquise belle-sœur et une courtisane qu'il fréquente à la dérobée. Trois visages de la féminité qui contribuent à raconter l'histoire prenante d'un bel artiste dans le monde fascinant de la Renaissance.

« Fascinante fenêtre ouverte sur la vie quotidienne de cette période charnière de la Renaissance mais aussi sur les préoccupations techniques des peintres de l'époque, Le jugement de Greif offre au lecteur un étrange miroir tout en jetant un éclairage à la fois intime et politique sur des tableaux dont on n'apprend habituellement qu'à apprécier les qualités purement esthétiques. Mais il pose aussi subrepticement la question de la marchandisation de l'art et de ses possibles déroutes...» (Jade Bérubé, La Presse, 29 juin 2008)

Édition non disponible en Allemagne et en Europe francophone


Greif, Hans-Jürgen, Le jugement. Québec, L'instant même, 2008, 246 pages.