actualités informations catalogue
 


TITRES

AUTEURS

NOUVELLES

ROMANS ET RÉCITS

ESSAIS

BEAUX LIVRES

COLLECTIFS

DICTIONNAIRES ET OUVRAGES PRATIQUES

POCHES

CONNAÎTRE

L'INSTANT SCÈNE

L'INSTANT CINÉ

TRADUCTIONS

ANTHOLOGIES

THÉÂTRE

LIVRES NUMÉRIQUES

TWITTÉRATURE

TRAJECTOIRE

COLLECTION EXPLORATOIRE

POÉSIE ET TEXTES BREFS

BRÈVE


La machine à broyer les petites filles

Tonino Benacquista

Nouvelles.
Poche n° 9, 168 pages ; 12,95 $
ISBN 978-2-89502-119-3

« Je me suis senti assassin, puis victime, puis flic, puis gangster. Je me suis fait mon cinéma, en jouant tous les rôles », nous prévient le narrateur de la nouvelle qui ouvre La machine à broyer les petites filles. La galerie des personnages de Tonino Benacquista est vaste : un violoncelliste acharné, un rescapé de mai 68, un cinéphile esseulé, un comédien spécialiste de la scène du balcon, un employé de bureau énamouré (l’employé, pas le bureau, mais parfois c’est tout comme) que les devinettes horripilent, sans compter une juste part de gangsters, de vauriens et d’ergoteurs, polar oblige.
Plusieurs des nouvelles de ce recueil ont été porté à l’écran, en autre un court métrage de Jeremy Peter Allen, Requiem contre un plafond, a été tiré de la nouvelle du même titre.

« Exploitant avec un humour parfois grinçant l’ironie des situations, Benacquista décrit en douceur de petits crimes au quotidien, braquages ratés et arnaques minables. Ses criminels sont souvent des gens ordinaires, truands à la pièce ou tueurs à la petite semaine, qui provoquent peu et subissent beaucoup. » (Serge L’Heureux, Le Nouvelliste)

Édition vendue exclusivement dans les Amériques.


Benacquista, Tonino, La machine à broyer les petites filles. Québec/Paris, L'instant même/Rivages, poche n° 9, 1998 [1re éd. 1993], 168 pages.