actualités informations catalogue
 


ACTUALITÉS

NOUVEAUTÉS

ARCHIVES

RECHERCHE

(389264)
Singulières / en librairie le 13 avril
Après Mme G., Singulières est la nouvelle pièce documentaire de Maxime Beauregard-Martin publiée dans la collection L'instant scène. Cette fois-ci, l'auteur se penche sur le célibat au féminin. D'après une idée originale d'Alexandre Fecteau, la pièce a été écrite à partir de témoignages recueillis pendant deux ans auprès de d'une vingtaine de femmes célibataires québécoises de trente ans et plus, issues de différents horizons.
Singulières propose une rencontre privilégiée avec des femmes brillantes, épanouies, lucides qui questionnent leur rapport au couple, à la maternité, au corps et aux attentes de la société.
Maxime Beauregard-Martin est diplômé en jeu du Conservatoire d'art dramatique de Québec et en journalisme de l'UQAM. Il travaille comme comédien, auteur et journaliste entre Québec et Montréal.
Dans une mise en scène d'Alexandre Fecteau, la pièce sera présentée au théâtre La Bordée du 27 avril au 30 juin et en virtuel du 22 mai au 30 juin 2021.
Les étés souterrains enfin en représentation !
La pièce de théâtre de Steve Gagnon sera enfin à l'affiche au théâtre de La Licorne du 30 mars au 8 mai 2021. Cette pièce très attendue est interprétée par Guylaine Tremblay et mise en scène par Édith Patenaude.
Le personnage des Étés souterrains est une femme, début cinquantaine, enseignante pragmatique, libre, qui aime les débats et questionner l'ordre établi. Elle agit sans rendre de comptes à personne...… jusqu'à ce que la vie s’en mêle et vienne ébranler son corps et ses certitudes.
La ligne brisée / en librairie le 23 mars
Dans ce roman écrit à la première personne, Nicole Richard donne de nouveau la parole à Eugénie, la narratrice de son précédent roman (L'étincelle 2018). Dans un va-et-vient entre le présent d'un voyage en Europe et une adolescence en banlieue de Montréal, La ligne brisée fait revivre avec un bel aplomb les affres de la puberté (les garçons, les amitiés, les choix de cours, les décisions d'avenir) dans un contexte familial encore ici très difficile. Eugénie vit avec sa mère Jeanne, mais trouve refuge et soutien chez un couple d'enseignants qui lui permettra de s'émanciper de cet univers ne lui offrant aucun horizon.
Entre la rive-sud de Montréal, l'Italie et la Suisse, La ligne brisée aborde avec poésie et franchise des thèmes universels associés avec le passage à l'âge adulte. Entre la narratrice et sa mère se dessine également un choc des générations, un affrontement entre les volontés émancipatrices d'une jeune femme et les idées préconçues de son entourage.
Entre réalité et virtuel / en librairie le 23 février
Captation de mouvement et captation de jeu, notions relativement récentes étudiées dans cet ouvrage, induisent une remise en question de la façon de faire du cinéma. Ce livre n'a toutefois pas la prétention de proposer une redéfinition du cinéma tel que nous le connaissons. Il a plutôt pour objectif de soulever des questions et de provoquer des discussions et des débats sur son état actuel, et, par la même occasion, sur son avenir.
Dans cette optique, Justin Baillargeon propose de donner aux lecteurs et aux lectrices quelques outils pour alimenter leur réflexion en décrivant l'évolution constante de ces procédés, mais également en expliquant comment la captation de mouvement et de jeu a su se frayer un chemin au sein du septième art, jusqu'à devenir l'une des technologies les plus fréquemment utilisées dans le domaine des effets visuels. Enfin, pour illustrer son propos, il effectue une analyse comparative de deux films qui partagent le même univers fictif, l'un réalisé en prises de vues réelles (Tintin et le mystère de la Toison d'Or, Jean-Jacques Vierne, 1961) et l'autre en captation de jeu (The Adventures of Tintin, Steve Spielberg, 2011). Il met ainsi en évidence les situations pour lesquelles les techniques de saisie de mouvement ainsi que le cinéma virtuel sont des outils indispensables à la réalisation de certains projets.
« Je peux vous affirmer sans retenue que Justin a écrit le livre le meilleur et le plus complet qui soit au sujet de la captation de mouvement et de jeu. Il s'agit sans aucun doute d'un élément essentiel sur le passé, le présent et le futur du cinéma. » Philippe Bergeron
Justin Baillargeon est doctorant au département de Cinema and Media Studies de l'Université York, ainsi que professeur en cinéma au Collège Sheridan. Il est également chroniqueur technologique sur la chaîne de Radio-Canada ICI Ontario.
L'Homme bionique : quand le corps devient machine
Le Musée de la civilisation en collaboration avec Les Fonds de recherche du Québec présente la série Décoder le monde. Cette série qui se composera de 5 épisodes se penche sur les rapports de l'humain avec le monde qui l'entoure. Elle est présentée en webdiffusion jusqu'au 16 décembre 2021. « Chercheurs, penseurs et artistes croisent leur regard et apportent un éclairage vif aux grandes questions qui animent l'actualité scientifique et sociale. »
Dans l'épisode 1, ce sont Laurent Bouyer (Professeur, Département de réadaptation, Université Laval), Christian Éthier (Professeur, Département de psychiatrie et de neurosciences, Université Laval), Marc-André Fortin (Professeur, Département de génie des mines, de la métallurgie et des matériaux, Université Laval), Dominique Leclerc (Comédienne, metteure en scène et l'autrice de Post Humains) et Jocelyn Maclure (Professeur, Faculté de philosophie, Université Laval) qui se penchent sur le thème L'Homme bionique : quand le corps devient machine. Pour regarder l'épisode 1.
On parle des Étés souterrains
Dans l'émission Esprit critique d'ICI ARTV, Sarah-Maude Beauchemin présente les Étés souterrains de Steve Gagnon, texte qu'elle a adoré. « C'est vraiment une éloge de la parole ce livre. [...] C'est ça la marque de commerce de Steve Gagnon, je trouve, c'est qu'il est tout en équilibre, il écrit dans la profondeur, dans la légèreté, dans l'humour, dans le drame. » (Pour entendre le commentaire, minutage 32:36)
Alexandre Lebœuf parle de son Antimanuel de mythologie grecque

Marielle Giguère parle de son roman Ci-gît Margot
J. D. Kurtness
On peut entendre J. D. Kurtness parler de ses livres, De vengeance et Aquariums, et nous faire part de sa conception de l'imaginaire sur le site Kwahiatonhk! (Balado littéraire du salon #2, minutage 17 : 32).
Éric Falardeau nous parle de ses expériences des Salons du livre
Jean Leloup. Le principe de la mygale
L'essai de Nadia Murray sur Jean Leloup attire beaucoup l'attention, l'autrice a accordé plusieurs entrevues sur le sujet :
- Sur Ici Première à l'émission du 16 novembre 2020 (14 h 21) « Plus on est de fous, plus on lit ! ». (Pour entendre l'entrevue)
- Sur CIHO FM Charlevoix (96,3) le dimanche 8 novembre. (Pour lire le résumé)
- Sur KYK Saguenay-Lac-Saint-Jean (95,7), le mardi 17 novembre. (Pour entendre l'entrevue)

On peut aussi lire l'article de Geneviève Bouchard dans Le Soleil du 14 novembre 2020.
Alain Raimbaut nous parle de son recueil de nouvelles Sans gravité.
Joanne Rochette parle de son roman Le rire de García